expresse-102 bis

©Steven Wassenaar

 Isabelle Boni-Claverie est scénariste et réalisatrice pour le cinéma et la télévision.
Elle vient de réaliser un documentaire, Trop Noire pour être Française ?, coproduit par Quark Productions et ARTE, et diffusé le 3 juillet 2015, qui a connu un grand succès. Ce film est disponible en replay jusqu’au 3 septembre sur le site d’Arte Info.

 Le talent de narratrice d’Isabelle Boni-Claverie s’est d’abord exprimé par la littérature. Elle a 18 ans quand son premier texte, La Grande Dévoreuse, lui vaut d’être 2è lauréate du Prix du Jeune Ecrivain Francophone. Publié dans l’ouvrage « Villes d’Exil » (éd. Le Monde/La Découverte), La Grande Dévoreuse sera réédité dix ans plus tard sous forme de roman par les NEI (Nouvelles Editions Ivoiriennes).

 A l’âge de 22 ans, elle prend en charge les pages cinéma de la prestigieuse Revue Noire, première revue d’art contemporain consacrée à l’Afrique et sa diaspora. Elle y publiera également une nouvelle But you can’t run away from yourself.
En 2000, quand l’aventure Revue Noire s’achève, elle collabore pendant cinq ans avec Afrique Magazine (Groupe Jeune Afrique) où elle crée notamment la rubrique « Ma nuit avec ».

 Sa rencontre avec la réalisatrice Claire Denis la convainc de faire du cinéma. Après des études de Lettres Modernes à la Sorbonne et d’Histoire de l’Art à l’Ecole du Louvre, elle entre sur concours à la Fémis dont elle sortira diplômée en scénario en 2000.

 Isabelle Boni-Claverie réalise à la Fémis son premier court métrage, Le Génie d’Abou (1998). Ce court film onirique de 10 min est aussitôt sélectionné au Festival International du Film de Femmes de Créteil. Il voyagera dans de très nombreux festivals à travers le monde et recevra une Mention Spéciale du Jury au Festival International du Court Métrage d’Abidjan.

Isabelle Boni-Claverie réalise ensuite deux documentaires courts :
La Coiffeuse de la rue Pétion (1999) ou l’intégration vue à travers un salon de coiffure afro.
Gary Cooper, l’Image et… le vent (2000), une commande du Centre de Cultures Contemporaines de Barcelone pour accompagner l’exposition « Afriques, l’artiste et la ville ».

 En 2004, elle réalise un moyen métrage, Pour la Nuit, situé à Marseille, avec Isabelle Fruleux et Olivier Augrond. Pour la Nuit sera sélectionné dans plus de trente festivals Internationaux tels que les festivals de Locarno, Amiens, Coté Court (Pantin), Carthage, Le Fespaco… Il recevra de nombreux prix : Mention Spéciale du Jury Oecuménique-Signis ;  Prix du Jury du Festival Provence Terre de Cinéma ; Prix d’interprétation féminine du Festival International du Court Métrage d’Abidjan ;  Mention Spéciale du Festival du cinéma d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine de Milan ; Prix du Public de la Maison d’Arrêt d’Amiens. Il sera également projeté dans une dizaine de villes à travers les Etats-Unis.

 En tant que scénariste, Isabelle Boni-Claverie collabore avec le documentariste Idrissou Mora Kpai, d’abord comme consultante pour Si-Gueriki, la reine mère diffusé sur France 5 en 2002. Puis elle co-écrit avec lui le multi-primé Arlit, deuxième Paris (2005).

 Entre 2005 et 2006, Isabelle Boni-Claverie travaille régulièrement aux Etats-Unis où l’acteur et producteur Danny Glover lui demande d’adapter pour le cinéma le roman de Valérie Tong Cuong, Où je suis (éd. Grasset) qui devient Heart of blackness.

 Elle co-écrit le télefilm de Haroun Mahamat-Saleh, Sexe, Gombo et beurre salé, une comédie avec Aïssa Maïga, Diouc Koma et Mata Gabin, diffusée sur ARTE en  2007.
En 2008 et 2009 elle est co-auteure et directrice de collection de la série quotidienne Seconde Chance pour TF1, première série française à être sélectionnée aux Grammy Awards.
Isabelle Boni-Claverie participe depuis lors à l’écriture de séries grand public telles que Soeur Thérèse.com (TF1) , Coeur Océan (France 2) ou Plus Belle La Vie (France 3)

 Ses scénarios personnels sont régulièrement distingués. Trois fois lauréate de la Bourse Beaumarchais (SACD), elle l’est aussi de la Bourse Brouillon d’un rêve (SCAM) et du Fonds d’Aide au Scénario du Festival du Film d’Amiens.